Centre de Pikine à Saint-Louis


CREATION D’UN CENTRE D’EDUCATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE POUR ENFANTS ET ADULTES SOURDS-MUETS A SAINT LOUIS DU SENEGAL

Après avoir collaboré pendant plusieursannées avec l’association des sourds-muets de Saint-Louis, FIDEI a entrepris de créer un Centre d’Education Scolaire et de Formation Professionnelle pour jeunes et adultes sourds-muets dans le quartier de Pikine à Saint-Louis du Sénégal.
Construit sur un terrain mis à disposition par la Municipalité, il est constitué de deux salles de classes pour la scolarisation et l’alphabétisation, d’une salle polyvalente et d’ateliers de formation à l’ébénisterie, à la menuiserie métallique, à la couture et à la coiffure.
Ces spécialités professionnelles ont été déterminées après une consultation approfondie auprès des intéressés et des autorités locales.
Accroître le niveau d’alphabétisation des enfants et des adultes sourds-muets, scolariser les enfants, permettre aux sourds-muets d’avoir un lieu d’accueil et d’échanges, stimuler le partage de compétences et d’expériences professionnelles entre générations sont les objectifs prioritaires de ce projet qui s’inscrit dans un plan d’ensemble conduit par FIDEI auprès de la population locale.

 

La date d’ouverture du centre devrait intervenir avant la fin de l’année 2015.

FIDEI a d’abord mis à la disposition de 3 jeunes handicapées des machines à coudre et offert du matériel scolaire aux enfants, puis, constatant l’extraordinaire mobilisation et la solidarité de la communauté des sourds-muets, leur a proposé d’exprimer leurs souhaits les plus profonds.
C’est ainsi qu’au travers de plusieurs rencontres se sont dessinés les contours du projet Pikine : alphabétisation et scolarisation des enfants comme toute première priorité, et acquisition d’un savoir-faire manuel pour celles et ceux qui choisiraient l’enseignement technique. Les métiers ont été définis en fonction de l’aptitude des adultes sourds-muets à partager et transmettre leurs connaissances dans des domaines où existent des besoins de main d’œuvre qualifiée.
89 membres, enfants et adultes sourds-muets, sont inscrits à l’association de Saint-Louis : 68 adultes dont 30 femmes et 21 enfants de 6 à 18 ans dont 7 filles seront donc les premiers bénéficiaires.
Un afflux de candidatures, en particulier d’enfants, est attendu.

Chaque année, de 50 à 80 enfants de 5 à 18 ans vont pouvoir bénéficier d’une scolarisation leur donnant les meilleures chances de réussite en primaire jusqu’au Certificat de Fin d’Etudes Elémentaires. Ils pourront ensuite accéder au secondaire ou se diriger vers la filière professionnelle. Les adultes pourront bénéficier de séances d’alphabétisation et apprendre un métier ou se perfectionner. Les infrastructures permettront aux membres de l’association de se réunir, de progresser dans l’apprentissage du langage des signes et d’autogérer le centre avec l’aide des services sociaux municipaux.
Une petite boutique proposera à la vente certains des produits des ateliers, procurant quelques revenus aux apprentis. Les instructeurs bénévoles pourront, en contrepartie du temps consacré au transfert de connaissances, bénéficier de l’usage des équipements pour des prestations facturées. Des GIE seront créés à cet effet.

Au début du mois de septembre 2015, le chantier de Pikine progresse bien; l’étanchéité est presque terminée. Restent à réaliser la pose du carrelage sur la terrasse, la charpente des “cases”, et des enduits.

La phase des finitions: enduits intérieurs et extérieurs, peinture, carrelage, a démarré en octobre 2015 de façon à pouvoir livrer le bâtiment avant la fin de l’année.

La réception provisoire du bâtiment a été prononcée le 19 novembre 2015 sans réserves majeures.

Une 3° phase, celle de l’équipement des classes et des ateliers succèdera et permettra de rendre pleinement opérationnelle cette infrastructure novatrice et socialement très bénéfique.

Inauguration du Centre d’éducation scolaire et professionnelle des sourds-muets à Pikine

Le 5 décembre 2015 a été inauguré dans le quartier de Pikine à Saint-Louis du Sénégal le Centre d’Education Scolaire et Professionnelle pour enfants et jeunes adultes sourds-muets. La cérémonie à laquelle participaient le 1° Secrétaire de l’Ambassade de France et de nombreuses personnalités locales a permis à toute la population de découvrir ce très beau bâtiment de 600m²qui réunit salles de classes pour l’enseignement primaire et ateliers pour l’apprentissage de métiers manuels. Un volet économie sociale et solidaire se traduira par une répartition équitable des revenus des ateliers : entretien et renouvellement du matériel, rétribution des artisans sourds-muets travaillant en dehors des heures de cours, et création d’une caisse d’aide sociale pour familles en difficulté.

Ouverture des ateliers du centre de formation des sourds-muets de Saint-Louis du Sénégal

Le dimanche 5 juin 2016 ont été ouverts en présence du Maire de Saint-Louis, des autorités locales et des parents d’élèves, les ateliers de formation professionnelle destinés aux jeunes sourds-muets. La Chambre des Métiers assurera par l’intermédiaire d’artisans bénévoles, Maîtres d’apprentissage, la formation des élèves qui pourront ainsi obtenir un certificat de qualification dans les professions de la couture et la broderie, la coiffure et l’esthétique, l’ébénisterie et la menuiserie métallique.
Equipements, machines-outils, machines à coudre, ont été fournis par FIDEI avec l’aide du Conseil Régional d’Ile de France, de fondations et de dons privés.

Deux adultes volontaires ont été formés gracieusement par une association hollandaise à la pratique de la méthode « verbo-tonale ». Ils sont ainsi aptes à prendre en charge l’enseignement du langage des signes auprès des enfants du cycle primaire et des apprentis (es). Ils vont pouvoir assurer également l’initiation des parents et frères et sœurs, transformant ainsi l’ensemble des relations sociales et familiales.
La Chambre des Métiers a obtenu l’accord d’artisans pour assurer les fonctions de maîtres d’apprentissage en échange d’un usage des équipements en dehors des horaires de classes. Les apprentis ébénistes ont d’ores et déjà fabriqué eux-mêmes les tables destinées à l’atelier de couture. Le jeune président de l’association, sourd-muet, dirige l’atelier métallerie.

En mai 2017, une visite d’évaluation a permis de constater l’excellente qualité des équipements des ateliers du Centre, de même que celle du mobilier fabriqué sur place. Le Président de la Chambre des Métiers a offert des tenues et des masques et gants de protection aux apprentis et procuré du tissu avec lequel les couturières ont créé les blouses pour les jeunes élèves.

La monitrice et le moniteur formés à l’enseignement de la langue verbo tonale ont organisé une session publique de travail avec plusieurs jeunes élèves.
Alors que la formation n’a débuté qu’au mois de mars, les progrès sont manifestes ; récitation par gestes de l’alphabet, écriture des noms et prénoms au tableau, additions… Les parents ont exprimé leur fierté. Une journée portes-ouvertes va être organisée. Presse écrite, radio et TV seront conviées, la communication étant indispensable pour assurer un revenu pour les ateliers.

Courant 2018 au centre des sourds-muets de Pikine, de nouveaux ateliers ont été ouverts : Batik, savons, alimentation, carterie.

Un petit-déjeuner est servi aux enfants tous les matins moyennant une contribution correspondant à 8 centimes d’euros destinée à couvrir les dépenses de gaz. L’association a financé le mobilier, construit dans les ateliers du centre, ainsi que le matériel de cuisine. Une fondation locale : Henri Jay a accordé une subvention permettant de prendre en charge l’achat des aliments.

L’été 2019 a été marqué par la signature d’un accord avec la Coopération Allemande qui a permis d’élargir, à travers des formations appropriées, le champ des activités et le nombre de bénéficiaires. C’est ainsi que se sont ajoutées la teinture, la sérigraphie, la fabrication de savons et d’eau de javel, la production de denrées alimentaires et la confection de bracelets et de colliers de perles de verre.

Cette dernière activité est pratiquée notamment par Aïssatou, une jeune fille sourde, muette et aveugle qui a le don de percevoir les couleurs au seul toucher. D’une personne à la charge de sa famille, elle en est devenue un soutien.

En 2020, la distribution de produits alimentaires : riz, sucre, huile et de produits d’entretien et désinfectants s’est poursuivie auprès des familles des enfants sourds-muets de Saint-Louis. A l’issue du confinement, le groupement des femmes malentendantes a élargi son champ d’activité. Production de jus de fruits, vente ambulante de café chaud et fabrique de glace sont venus compléter la fabrication de savon, de javel, de batik, de bijoux de perles de verre. Les bénéfices sont redistribués entre les membres de la coopérative et partagés avec des personnes en grande difficulté.

C’est également un groupement de femmes qui confectionne, dans l’école de couture créée par FIDEI, les blouses des enfants de l’école maternelle Cheikh Touré et ce sont les apprenties couturières du centre des sourds muets qui le font pour la maternelle FIDEI de Ndar Toute, formant toute une chaine d’entraide et de solidarité.