Centre d’accueil et de formation scolaire et professionnelle pour l’enfance handicapée en Inde


Cet ensemble accueille une école primaire pour enfants handicapés et/ou issus de castes défavorisées et un centre de formation professionnelle à la couture et la broderie. Il a été fondé par Santosh, jeune homme handicapé qui s’est inspiré du modèle du village de Kiran qui lui avait permis de recouvrer sa mobilité et de poursuivre une scolarité jusqu’au niveau du brevet. En reconnaissance des soins, de l’accueil et de l’éducation qu’il a reçus, Santosh Kumar a décidé de se consacrer à cette même cause en fondant un établissement « spécialisé ».
Créé à Baniyawa Ayar, le centre ne consistait initialement qu’en trois salles ouvertes sur une cour, sans portes ou fenêtres et dépourvues de mobilier.
La première phase du projet a consisté à rechercher la meilleure solution pour disposer de locaux conformes aux normes et accroitre le nombre de salles.
FIDEI, avec l’aide de 2 fondations privées, a pu permettre aux Pères Missionnaires de l’Inde d’acquérir fin 2016 le terrain adjacent à celui sur lequel avait été édifié le centre. Cette solution protège l’avenir en garantissant la pérennité de l’usage du nouveau terrain, l’autre ne faisant l’objet que d’un bail locatif.


 

Sur ce terrain ont été construites courant 2018 3 salles de classes pour la formation primaire d’enfants handicapés moteurs ou cérébraux et démunis et une grande salle polyvalente abritant notamment l’école de couture, ainsi que des installations sanitaires.
Les locaux sommaires antérieurs, situés sur la parcelle contiguë, ont été transformés en une cantine, une salle de consultations et de soins et un atelier de réparations orthopédiques.

65 enfants, dont 55% de handicapés moteurs et/ou cérébraux, et 20 jeunes filles bénéficient de l’infrastructure du centre construit et équipé par FIDEI. Scolarisation des plus aptes, éveil et développement moteur et cérébral des « différemment capables », formation professionnelle des jeunes filles à la couture et à la broderie offrent à tous la perspective d’une autonomie optimale.

Comme au « Village de Kiran », berceau du soutien de FIDEI à la cause du handicap, un travail approfondi de sensibilisation, de formation et d’accompagnement des familles est réalisé dans les villages environnants, transformant radicalement la perception du milieu. Les parents apprennent à gérer les difficultés des enfants ; des soins médicaux et orthopédiques sont prodigués ; des groupements de femmes sont constitués et encadrés pour gérer des micro-crédits pour l’achat d’animaux, de fournitures scolaires, de matériaux pour les productions artisanales, de machines à coudre.


Courant 2019, de nouvelles activités se sont ajoutées au centre de formation scolaire et professionnelle pour personnes handicapées et enfants déshérités de Baniyawa Ayar avec l’ouverture d’un atelier de boulangerie qui contribuera à la couverture des frais de fonctionnement de l’institution, et un autre, de fabrication de sacs en papier, géré par un collectif de femmes démunies.

FIDEI a offert et fait aménager un scooter adapté pour le directeur et acheté un bus scolaire d’occasion afin de transporter de plus nombreux enfants depuis les villages environnants. Un tricycle a été acquis pour les livraisons de pain. Du mobilier scolaire a été fabriqué par l’atelier d’ébénisterie des adultes handicapés du village de Kiran pour équiper les salles de classes du centre.

En 2020, les activités du Centre de formation générale et professionnelle de Baniyawa Ayar en Inde ont continué de se développer jusqu’à la fermeture temporaire de tous les établissements, décrétée en mars.
Les équipements de l’atelier de boulangerie et du centre d’apprentissage de couture ont été complétés grâce à des subventions locales.

L’équipe d’encadrement s’est mobilisée pour rechercher des soutiens afin de porter assistance aux familles les plus touchées. FIDEI a participé au financement de la campagne de don de nourriture et de machines à coudre. La formation technique des jeunes couturières a pu reprendre, ainsi que les cours d’alphabétisation. Les classes primaires ont finalement pu rouvrir, la fête des couleurs a été célébrée et une marche a été organisée pour promouvoir la cause du handicap.